L’Association des médecins vétérinaires du Québec (AMVQ) en pratique des petits animaux invite les citoyens québécois à voter aux élections municipales du 5 novembre prochain pour les candidats qui prennent le parti des animaux.

  Au cours des quatre dernières années, la gestion animalière des municipalités a été au cœur de nombreux débats. Des décisions, malheureusement parfois prises sans réflexion approfondie, ont eu de graves conséquences sur la place des animaux dans notre société.
 
Certaines décisions ont d’ailleurs eu comme résultat de créer un faux sentiment de sécurité chez les citoyens, d’engendrer des contestations juridiques non productives et de créer un climat de suspicion envers les propriétaires de chiens, qu’ils soient respectueux ou non des règlements mis en place.
 
À cela s’ajoute une incompréhension de la part de certaines instances gouvernementales des véritables enjeux entourant la gestion des chiens dangereux ainsi qu’un manque de vision à long terme et de solutions constructives et respectueuses de la vie animale.
 
L’AMVQ invite donc tous les Québécois à voter, le 5 novembre prochain, pour des formations politiques qui s’engageront à élaborer une gestion animalière adaptée à la nouvelle réalité québécoise qui se veut plus consciente de la santé et du bien-être des animaux et qui valorise le bon comportement des propriétaires de chiens et de chats.
 
Exigez de vos élus qu’ils s’engagent, par exemple, à moderniser leur politique en instituant des programmes de stérilisation ciblés, en investissant dans des programmes de sensibilisation sur le comportement animal, en règlementant la vente d’animaux sur leur territoire, en créant des aires d’exercice canin ou en exigeant l’identification permanente de tous les chats et de tous les chiens sur leur territoire.
 
C’est par de telles mesures que nous pourrons réduire efficacement le nombre d’incidents malheureux et d’animaux non désirés, abandonnés dans les refuges ou tout simplement laissés à la rue.
 
De plus, n’ayez pas peur de demander des politiques plus strictes encadrant tous les chiens, et ce, peu importe la race. C’est ainsi que nous vivrons tous en harmonie, en respectant ceux qui n’ont pas d’animaux tout en responsabilisant ceux qui en possèdent.
 
Nous avons tous le droit de vivre de manière sécuritaire et harmonieuse avec les quelques 3 millions de chats et de chiens qui partagent nos vies.
 
Le 5 novembre prochain, offrez-leur une voix!