Catégorie Héros

Lac-Mégantic, le 26 septembre 2013 — Cette année, l’Association des médecins vétérinaires du Québec en pratique des petits animaux (AMVQ) est fière d’accueillir dans la catégorie « Héros », La Puce, un chien yorkshire qui a sauvé la vie de Paul Leclerc, citoyen de Lac-Mégantic, lors de la tragédie survenue le 6 juillet dernier. Ce prix souligne l’action d’un animal qui a permis de sauver ou de préserver la vie d’un humain. Lors de la cérémonie qui s’est déroulée au Carrefour Lac-Mégantic, un don, de la part de l’AMVQ, a également été remis au Fonds Avenir Lac-Mégantic.

Histoire

À Lac-Mégantic, en ce vendredi soir du 5 juillet, dans une maison située boulevard des Vétérans, il est 22 h 30 et les lumières sont sur le point de s’éteindre. À l’intérieur, Paul Leclerc, âgé de 83 ans, pense à sa femme Françoise qui était de passage chez lui au cours de la journée. Elle aurait bien aimé y rester pour la nuit, mais ensemble ils ont décidé qu’il était préférable qu’elle retourne à l’hôpital où elle séjourne depuis quelques temps. Il ne se doute pas à ce moment que cette décision lui a sauvé la vie, elle qui doit se déplacer en fauteuil roulant.
 
Heureusement, M Leclerc n’est pas seul dans sa grande demeure puisque ses deux chiens, Bouboule, une shih tzu de trois ans, et La Puce, une yorkshire de dix ans, partagent aussi sa vie et son lit.
 
Puis, au beau milieu de la nuit, alors que tous trois dorment à poings et pattes fermés, un bruit sourd se fait entendre. Seule La Puce, qui a l’oreille fine, est alertée. Inquiète, elle se met à gratter l’épaule de M. Leclerc puis saute précipitamment du lit. Intrigué, M. Leclerc se lève pour découvrir ce qui peut bien perturber sa chienne. D’instinct, il se dirige vers l’entrée, à l’avant de la maison, afin de voir s’il y a quelqu’un. Il ouvre les deux portes, regarde à l’extérieur. Tout est calme dans la rue. Rien de suspect. Aucun bruit. Sans doute un chat profitant de la nuit!
 
Alors qu’il est bien décidé à regagner son lit, soudain, un hurlement se fait entendre à l’arrière du domicile! Serait-ce La Puce? Il connaît bien son aboiement, mais jamais il ne l’a entendue donner de la voix ainsi. Il se précipite dans la cuisine et la découvre hurlant à la mort.
 
Au même moment, par la vitre, il aperçoit une lueur rougeâtre provenant de l’extérieur. S’approchant, il constate que son garage flambe et que le feu fait déjà son chemin sur la maison de son voisin, M. Paquet.
 
Sans perdre une seconde, il prend ses clefs d’auto, laissant tout derrière lui : vêtements, argent et même ses dents! Mais, pas question d’abandonner ses chiens. Il s’empare de La Puce d’une main afin de la calmer, ouvre la porte, laisse passer Bouboule, et se couvre le visage de l’autre main afin de se protéger du feu qui lèche déjà son balcon.
 
Dans son empressement à rejoindre son automobile, il heurte le cadre de la porte, se blessant à la mâchoire. Le brasier est déjà si intense qu’il sent le dessus de son crâne brûler et constate que les phares arrière de sa voiture commencent à fondre!
 
Rapidement, il ouvre la portière en espérant pouvoir devancer le rouleau de feu qui se dirige vers lui. La Puce saute elle aussi dans l’auto, mais Bouboule, la shih tzu, complètement apeurée, refuse de les suivre, préférant fuir dans une autre direction.
 
À peine a-t-il franchi dix mètres avec son véhicule que, sous la force d’une immense explosion, son garage est propulsé dans les airs. Le temps de s’engager dans la rue, la maison n’est plus qu’une énorme boule de feu. Tous les deux sont sains et saufs. Il s’en est vraiment fallu de quelques secondes.
 
Inutile d’aller plus loin, vous connaissez la suite. Au cours de cette tragédie, 47 victimes, amis, parents, connaissances ou voisins, comme M. Paquet, n’ont, hélas, pas survécu. Bouboule et plusieurs autres petits compagnons, considérés à juste titre comme des membres de la famille, n’ont également jamais été revus vivants.
 
Devant une telle épreuve, nous, les humains, sommes souvent sans mots pour exprimer notre incompréhension, notre désarroi et même notre peur. Les animaux aussi sont sans voix. Mais à leur manière, il leur arrive parfois de savoir communiquer afin de nous aider à nous extirper d’un danger.
 
Aujourd’hui, nous en avons un exemple formidable avec La Puce. Non seulement elle a sauvé la vie de son maître, Paul Leclerc, mais depuis cette terrible nuit, elle lui apporte une part de réconfort dont lui et sa femme ont tant besoin pour s’en sortir à nouveau.
 
Aussi, en ce 26 septembre 2013, afin de souligner le courage des Méganticois et particulièrement pour le geste posé par ce petit yorkshire, l’Association des médecins vétérinaires du Québec en pratique des petits animaux est très fière d’introniser La Puce au Panthéon québécois des animaux.