Même si depuis le 1er janvier 2017, il est strictement interdit aux médecins vétérinaires du Québec de tailler les oreilles et la queue des chiens, ces derniers constatent que bon nombre d’entre eux subissent toujours cette intervention jugée tout à fait inutile. 
  En fait, selon un sondage effectué par l’Association des médecins vétérinaires du Québec en pratique des petits animaux, 29 % de ses membres ont indiqué avoir examiné, l’année passée, au moins un chien ayant subi une taille d’oreille. Les races les plus fréquemment rencontrées furent, par ordre décroissant, les doberman, pitbull, danois et boxer. 
 
Selon les informations qu’ils ont été en mesure d’obtenir, les médecins vétérinaires interrogés ont indiqué que dans 88 % des cas, cette chirurgie avait été pratiquée par des vétérinaires ontariens et 2 % par des vétérinaires américains. 
 
Par ailleurs, 31 % des médecins vétérinaires questionnés ont mentionné avoir examiné au moins un chien ayant subi une taille de queue.  Les races en cause furent par ordre décroissant, les doberman, boxer, schnauzer, épagneul, rottweiller et braque.
 
L’Association des médecins vétérinaires du Québec en pratique des petits animaux trouve déplorable que certains éleveurs ou propriétaires de chiens continuent d’infliger à leur bête ce type de douleur pour des raisons purement esthétiques.  Elle espère que l’Ordre des vétérinaires de l’Ontario suivra les traces de son équivalent québécois et interdira également ces interventions chirurgicales. 
 
Pour l’instant, l’AMVQ rappelle aux éleveurs et propriétaires de chiens qui seraient tentés de pratiquer eux-mêmes ces chirurgies (c’est encore malheureusement le cas) qu’ils sont passibles de poursuite pour cruauté animale et pratique illégale de la médecine vétérinaire. 
 
De même, dans les cas de complications, assez fréquentes dans ce type de chirurgies, il faut rappeler aux propriétaires de l’animal qu’ils pourraient se voir dans l’obligation de voyager à l’extérieur du Québec pour en assurer le suivi médical. 
 
Si vous désirez un chien, n’hésitez pas à demander à votre éleveur qu’il respecte l’intégrité de la queue et des oreilles de votre futur compagnon ! Il vous sera reconnaissant de ne pas lui avoir fait subir des souffrances inutiles et vous participerez à changer les standards de la race.
 
Sondage VET réalisé en ligne en janvier 2018 auprès de 324 médecins vétérinaires membres de l’AMVQ. La marge d’erreur est de 4 %, 19 fois sur 20. 

Source: AMVQ