L’AMVQ1 a consulté2 plusieurs centaines de propriétaires de chats et de chiens afin de mieux comprendre leur degré de connaissance concernant ce parasite qui, malheureusement, semble être au Québec pour y demeurer!
 
À la question, Que feriez-vous si vous trouviez une tique sur votre animal?, 45 % ont répondu qu’ils tenteraient de l’enlever eux-mêmes et 47 % qu’ils se rendraient plutôt directement chez leur vétérinaire. Les autres ne savent pas trop quoi faire.
 
Concernant la technique pour ôter le parasite, 64 % des participants estiment, avec justesse, que l’extraire avec une pince est la méthode la plus efficace; 90 % affirment qu’il faut surtout éviter de l’arracher d’un coup sec avec les doigts. Du même coup, plus de 80 % des personnes interrogées ont indiqué avec raison qu’essayer de la brûler, de mettre de l’essence ou de vaporiser un insecticide sur la tique était à proscrire. 
 
Par ailleurs, comme il est recommandé, trois sondés sur quatre ont précisé qu’après avoir enlevé la tique eux-mêmes, il était important de nettoyer la plaie de l’animal puis d’amener celui-ci et la tique chez le vétérinaire. 
 
Si 93 % de l’ensemble des répondants savent que les tiques peuvent transmettre la maladie de Lyme, seulement 16 % ont également été en mesure d’identifier correctement l’erlichiose, 13 % l’anaplasmoseet 7 % la rickettsiosecomme autres maladies possiblement transmissibles par les tiques.  
 
Un résultat étonnant compte tenu du degré de connaissance des propriétaires interrogés, 8 % des participants croient, à tort, que les tiques peuvent aussi donner la dirofilariose(vers du cœur). 
 
Finalement, après la découverte d’une tique sur leur animal, les propriétaires démontrent beaucoup d’inquiétude, car bien que cela ne soit pas systématiquement nécessaire, 62 % des répondants estiment qu’il serait important d’entreprendre un traitement préventif contre ces maladies. 
 
 

Recommandations

 
Si vous êtes inquiet et ne connaissez pas les maladies que peuvent transmettre les tiques, la méthode pour les enlever de manière sécuritaire ou les moyens de prévention, n’hésitez pas à contacter votre médecin vétérinaire qui se fera un devoir de répondre à toutes vos questions pour le bien de votre animal et votre propre protection.
 
Compte tenu des changements climatiques, les tiques ne sont malheureusement pas à la veille de disparaître de notre environnement. À nous, au moins, de nous assurer qu’elles ne prennent pas nos animaux comme demeures!
 
  
1) L’Association des médecins vétérinaires du Québec (AMVQ) en pratique des petits animaux remercie la compagnie Boehringer Ingelheim pour sa participation au Mois de la prévention des tiques. www.amvq.quebec

2 ) Sondage réalisé en ligne sur Survey Monkey du 26 janvier au 15 février 2019 auprès de 680 propriétaires de chats et de chiens. Majoritairement membres de regroupements canins ou félins, particulièrement attentifs au suivi de santé de leur animal et concerné par ce parasite. À noter que pour l’ensemble des réponses, il n’y a pas d’écart statistiquement significatif entre les propriétaires avec des chiens (un sur trois) ou des chats (un sur cinq) ayant eu des tiques.

 
Clique sur l'image pour grossir
 
 

 
 
 
 Nous vous invitons également à regarder le site Police des parasites