Les plantes occupent la première place pour les intoxications chez les chats au Québec suivie des médicaments pour humains.
Le 15 mars 2018, Laval – En prévision de la Semaine nationale de la prévention des intoxications qui se déroulera du 18 au 24 mars 2018, l’Association des médecins vétérinaires du Québec en pratique des petits animaux  dévoile les résultats d’un sondage[1] qui démontre qu’en 2017, au Québec, les plantes constituent la première cause de consultation pour intoxication, chez les chats. 

En première position, loin devant, on retrouve l’ingestion de plantes toxiques (59 %) suivie des médicaments pour humains (24 %), des rodenticides/insecticides (7,4 %), du chocolat (4 %) et de l’antigel (2 %). Quant aux hospitalisations causées par des intoxications, les plantes sont premières avec (52 %), suivies par les médicaments humains (21 %) et l’antigel (11 %).  

Contrairement aux chiens, chez les chats, les intoxications au cannabis ne représentent que 2 % des cas et 2,3 % des hospitalisations. 

Malgré tout, l’AMVQ tient à prévenir les propriétaires de chats des risques que pourrait représenter la culture de plants de marijuana. Comme la principale cause d’intoxication chez les chats provient des plantes, les dangers reliés au cannabis pourraient aussi augmenter au cours des prochaines années.
 
En conclusion, l’Association des médecins vétérinaires du Québec en pratique des petits animaux invite tous les propriétaires de chiens et de chats à la plus grande vigilance. Un premier geste serait de mettre hors de leur portée les plantes toxiques ce qui  éliminerait près de 60 % des risques.
 
En cas de doute, consultez immédiatement votre médecin vétérinaire; lui seul est en mesure de bien vous guider sur les mesures d’urgence à prendre et à vous aider à prévenir d’éventuelles et malheureuses intoxications.

 
    

Sondage réalisé par l’Association des médecins vétérinaires du Québec en pratique des petits animaux en janvier et février 2018 auprès de 249 médecins vétérinaires œuvrant au sein de 150 bureaux, cliniques et hôpitaux vétérinaires. Au total, 1 989 cas d’intoxications ont été compilés dans cette étude.