Laval, le 13 mai 2016 - L’Association des médecins vétérinaires du Québec (AMVQ) en pratique des petits animaux est très sensible à l’actuel débat concernant les risques de morsures canines au Québec. Elle déplore profondément chaque cas impliquant non seulement des humains, mais également d’autres animaux.
 

Mentionnons qu’en 2010, un sondage Léger commandé par l’AMVQ estimait à environ 45 000 le nombre de cas de morsures canines répertoriées chez les enfants de moins de 12 ans et à 164 000 pour l’ensemble des Québécois.
 
On y apprenait aussi que dans 51 % des cas de morsures, celles-ci étaient le fait du chien de la famille et dans 49 % des cas, d’un chien étranger. En ce qui concerne les morsures chez les enfants, le chien de la famille était responsable de 38 % des morsures. Fait à noter, dans 9,26 % des familles possédant un chien, au moins une personne avait été mordue par celui-ci au cours de la dernière année.
 
L’Association des médecins vétérinaires du Québec aimerait, par ce sondage, rappeler à tous les propriétaires du million de chiens vivant au Québec et répartis dans environ 23 % des foyers, qu’ils demeurent en tout temps responsables de leur animal et qu’il est de leur devoir de tout mettre en œuvre pour éviter que d’autres Québécois soient victimes de morsures.
 
Pour prévenir les morsures, nous préconisons une sélection de races basée non pas uniquement sur des caractéristiques physiques, mais également sur l’équilibre psychologique de la bête. Le choix d’un chien doit aussi se faire en fonction de l’expérience du propriétaire ainsi que de l’harmonisation du caractère et de la particularité de chaque race.
 
Aussi, il est fort important de bien socialiser le chiot entre le 2e et le 4e mois de sa vie et de rapidement détecter les situations pouvant créer de l’anxiété chez celui-ci. Il faut également encourager les propriétaires à suivre des cours d’éducation canine orientés sur le renforcement positif, non pas sur la punition. Nous incitions les propriétaires à faire stériliser leurs animaux pour ne pas reproduire d’animaux agressifs et pour diminuer la réactivité des mâles en présence de femelles en chaleur ou lors de l’œstrus chez ces dernières. Finalement, nous recommandons aux propriétaires de ne JAMAIS banaliser toute démonstration, même mineure, d’agressivité (jappements, grognements, tentative de morsures, manifestations d’impatience) et de consulter rapidement leur vétérinaire.
 
Même si nous déplorons chacune des morsures et sympathisons de tout cœur avec les victimes et leur famille, nous tenons à rappeler qu’il est dangereux de rejeter à tout coup, tout le blâme sur les chiens.
 
Le nombre de cas de morsures totalement gratuites est extrêmement rare. Dans la très grande majorité, une consultation avec un vétérinaire avant l’achat du chien,  pour bien analyser tous les aspects de l’adoption d’un chien et une simple connaissance du comportement canin et du type de réactions que certaines situations peuvent engendrer, suffiraient à prévenir des drames. C’est pourquoi, par notre formation médicale, notre expérience du comportement animal et notre expertise dans la manipulation d’animaux, nous vous rappelons que les médecins vétérinaires demeurent les meilleurs conseillers pour empêcher les morsures envers les humains et les autres animaux, pour éviter la transmission de maladies aussi sérieuses que la rage et surtout pour détecter les bêtes avec un potentiel de dangerosité. N’oublions pas que la science du comportement animal évolue très rapidement et que les vétérinaires sont à l’affût de toute nouvelle connaissance pouvant améliorer la qualité de vie de l’animal et de celle de ses propriétaires, tout en diminuant les risques de troubles du comportement incluant l’agressivité.
 
Il est bon de rappeler que les chiens constituent de formidables compagnons de vie qui ont dignement mérité leur place dans notre société. Il serait dommage que des campagnes de peur viennent réduire leur droit à une existence pleine et entière. Surtout, souvenons-nous que nous avons tous une part de responsabilité dans chaque morsure de chien.
 
Les municipalités au Québec ont le pouvoir de réglementer la gestion et le contrôle des animaux sur leur territoire. L’AMVQ leur recommande d’agir avec prudence et sans précipitation dans leur gestion des animaux potentiellement dangereux. La réglementation doit viser à mieux encadrer tous les chiens avec un potentiel de dangerosité, et ce, peu importe la race.
 
Cependant, l’AMVQ recommande aux autorités en place de légiférer afin que tout chien ayant démontré des signes d’agressivité ou ayant mordu soit examiné par un médecin vétérinaire. Ce professionnel de la santé animale sera en mesure d’évaluer la santé physique et mentale de l’animal, les possibles raisons d’une démonstration d’agressivité, les comportements à risques pour tout être vivant et surtout les dangers de récidive.  Il sera également capable d’élaborer les meilleures recommandations pour la gestion de chaque cas. Ses recommandations, quelles qu’elles soient (stérilisation, identification permanente, port de muselière ou même malheureusement euthanasie), devront être respectées à la lettre, afin d’éviter qu’un drame ne survienne. 
 
En terminant, sachez qu’en matière de morsures, les médecins vétérinaires sont aux premières loges puisqu’une étude effectuée en janvier dernier par l’AMVQ auprès de 116 médecins vétérinaires québécois révèle que malgré toutes les précautions prises, 40 % d’entre eux se sont fait mordre au moins une fois par un chien dans le cadre de leurs activités professionnelles en 2015.
 
Au total, 25 différents chiens de race ou croisé ont été répertoriés parmi les agresseurs. C’est le chihuahua qui a été le plus souvent impliqué avec près d’une morsure sur cinq,  suivi du berger allemand une fois sur dix,  puis des chiens croisés.
 
Voici le tableau des différentes races de chiens mis en cause dans des cas de morsures chez les médecins vétérinaires en 2015:
 
 
Cas de morsures chez le médecins vétérinaires
 
Rang Races  Pourcentage de l'ensemble des morsures
1 Chihuahua 19,2 %
2 Berger allemand 10.1 %
3 Chien croisé 9,6 %
4 Shihtzu 8,5 %
5 Bichon 5,6 %
6 Pinscher 5,6 %
7 Yorkshire 5,1 %
8 Teckel 5.1 %
9 Caniche 4.5 %
10 Husky 4.5 %
11 Épagneul 3,4 %
12 Schnauzer 2,8 %
13 Lhasa apso 2,3 %
14 Labrador 2,3 %
15 Rotweiller 1,7 %
16 Poméranien 1,1 %
17 Golden retriever 1.1 %
18 Pitbull 1,1 %
19 Eskimo américain 1,1 %
20 Danois 1,1%
21 Chow-Chow 1,1 %
22 Boxer 1,1 %
23 Griffon 0,6 %
24 Bouvier bernois 0,6 %
25 Beagle 0,6 %

 
-30-
 
Source : Association des médecins vétérinaires du Québec en pratique des petits animaux