Dexter est un chien d’assistance utilisé pour apaiser le stress post-traumatique.
 
Dexter devient le  49e animal intronisé au Panthéon québécois des animaux

L’Association des médecins vétérinaires du Québec en pratique des petits animaux a accueilli le 18 octobre dernier, dans la catégorie « Compagnon », Dexter, un caniche royal de 2 ans et 8 mois, chien d’assistance utilisé pour apaiser le stress post-traumatique et complice de M. Jean-François Coulombe.

Avec l’arrivée de Dexter, le Panthéon québécois des animaux créé en 1998, compte désormais 42 chiens, 5 chats et deux chevaux.  
 
Dexter est un chien doué, certifié chien d’assistance, qui a été formé pour apaiser le stress post-traumatique de son maître, M. Jean-François Coulombe. Comme plusieurs de ses congénères militaires des forces armées canadiennes, M. Coulombe, après avoir combattu en Bosnie, a développé des symptômes sévères associés à des épisodes de stress post-traumatique. Alors que ce problème n’était pas reconnu dans le milieu militaire, M. Coulombe a dû vivre sans traitement pour cette condition pendant 15 ans, quinze années où ses symptômes n’ont cessé de s’empirer.
 
Une fois le trouble diagnostiqué, M. Coulombe, pour faire face à ses cauchemars vivides, à ses épisodes dissociatifs, à son hypervigilance et à son hyperactivité, devait prendre une médication lourde et sédative. Le trouble était si présent dans sa vie et si engageant que M. Coulombe, qui était alors en arrêt de travail, s’est isolé dans sa demeure, ayant peur de ses réactions avec son entourage.
 
Dexter, tel qu’il le dit, fut « la lumière au bout du tunnel ». De par sa formation, Dexter reconnait les moments de fragilité de M. Coulombe et, par des interactions directes, lui permet de passer au travers.
 
Par exemple, lors des cauchemars brutaux que vit M. Coulombe, Dexter, qui est à ses côtés, le réveille. De même, lorsque le niveau d’anxiété de M. Coulombe est trop important, Dexter est là pour l’apaiser. Il soutient également M. Coulombe en l’avertissant lorsque des personnes sont derrière lui afin que ce dernier ne soit pas surpris par l’apparition d’un individu.

Mais certainement, le rôle de Dexter est le plus important lorsque M. Coulombe s’immerge dans un état dissociatif où la réalité s’évapore pour faire place à des retours en arrière où M. Coulombe se voit en Bosnie, sur le terrain, dans des situations périlleuses. D’ailleurs, c’est durant un de ces moments que Dexter a sauvé la vie de M. Coulombe. Alors qu’il conduisait son véhicule, ce dernier a été enseveli dans un épisode dissociatif et psychotique. Dexter, à l’arrière du véhicule, s’est empressé de se diriger vers son maître et lui a léché le visage jusqu’à ce que M. Coulombe se réveille. Si Dexter n’avait pas été là, un accident grave aurait pu facilement se produire, M. Coulombe précisant qu’il roulait alors à une vitesse démesurée sur l’autoroute, en plein hiver.

Dexter, c’est la lumière dans la vie de M. Coulombe. Grâce à sa présence et à son aide, les médecins ont été en mesure de réduire sa médication de 75 %. Ce dernier a également été en mesure de reprendre le travail et recommencer à avoir des interactions avec le monde extérieur qu’il a fui pendant tellement d’années.
 
Avec le temps, la complicité entre M. Coulombe et Dexter s’est développé en un profond attachement. M. Coulombe souligne les bénéfices incroyables de sa magnifique relation avec son compagnon de vie, et est à jamais reconnaissant pour ses loyaux services, lui qui lui a permis de retrouver une normalité, de se sentir en sécurité et de briser l’isolement dont il souffrait terriblement. M. Coulombe est sans équivoque, Dexter lui a sauvé la vie.
 
Soulignons que la  catégorie «Compagnon» du Panthéon est attribuée à un animal qui a réalisé des actions bénéfiques auprès de ses compagnons humains ou auprès de sa communauté.